Le livre d’or

Vous aimez PHOT’Aubrac ? Vous souhaitez nous laisser un petit mot ? Cet espace est fait pour vous. Merci.

9 commentaires sur “Le livre d’or

  1. Phot’Aubrac vous connaissez? Moi je dois avouer qu’avant d’y être invité il y a quelques mois par les organisateurs, je ne connaissais pas. Mais quelle claque! 4 jours de rêve éveillé, un accueil comme dans nul autre festival, par les organisateurs d’abord qui déploient une énergie hallucinante avec un sourire jamais pris en défaut, vous aident dès le départ à fond pour l’accrochage et vous choient tout au long du festival. Un public nombreux et initié, qui s’intéresse vraiment à ce qu’on expose et qui vous noie de questions, pour un vrai partage.
    Un enthousiasme qui se reflète chez tous les exposants touchés par cette énergie. Des expos de super qualité dans des lieux improbables totalement intégrés dans cette nature de l’Aubrac fabuleuse, de burons authentiques en passant par des immenses étables préalablement vidées et astiquées par des agriculteurs investis et qui au fil des années ont appris à aimer la photo. En plus, j’ai eu droit à un traitement 5 étoiles: un lieu d’expo complètement improbable qui mettait parfaitement en valeur mes photos, dans une ancienne grange transformée en son temps par Catherine Painvin, la fondatrice de Tartine et Chocolat, où Isabelle Adjani a organisé son anniversaire et où Indochine a écrit son dernier album… On sentait les ondes positives…. Puis une interview radio et une émission de télé sur KWZ tv Lozère, avec 4 autres photographes de talent, Arnaud Guerin, Florence Devaux – Dabenoc, Cecile Domens et Olivier Mulhoff, assis sur des ballots de paille(!). Et 250 personnes pour ma conférence sur la Vallée du Rift (sous chapiteau pour permettre la distanciation sociale), qui ont applaudi longuement à vous donner la chaire de poule. Comme dirait un de mes fils, ce n’était pas ouf, c’était oufissime.
    Merci à l’incomparable Nathalie, dont l’énergie semble sans limite, à Jean Pierre Montiel, et à Maurice Subervie, et à tous les autres pour faire de ce Festival un festival unique, à tous ces photographes de talent découverts comme Fabien Debussy ou revus avec plaisir comme Jacques-michel Coulandeau, Ambre de l’Alpe, Lucie Pixel, Stéphane Granzotto ou Philippe Cabanel et à tous ces partages ( sans oublier Liliane Mroz et Agnès Cassiere, Eric Egea ou Jean Philippe Borg) ainsi qu’à Anne-Françoise Tasnier pour son soutien constant et Amal Minakshi Fekhar pour son assistance précieuse. You made my day(s)!!
    Et cerise sur le gâteau, au départ en zone verte (une des rares en France mais pas incompréhensible dans une région qui compte plus de vaches que d’habitants), Nasbinals, en Lozère, centre du festival et où on était hébergé, n’est passé qu’en zone orange suite aux nouvelles décisions des autorités belges…
    Benoît Feron
    Bruxelles

  2. On est tous d’accord pour dire que Phot’Aubrac c’est que du bonheur, grâce à nos vaillants et intrépides Jean Pierre, Maurice, Nathalie et Philippe (sponsorisés par Duracell), et tous les autres, les bénévoles, les agriculteurs, les maires, les commerçants et les restaurateurs qui font du festival une suite de grands moments.
    J’ai eu le bonheur de retrouver les amis photographes, et aussi d’en connaitre de nouveaux : Stéphane, Eric, Benoît, Philippe, Jacques-Michel, Arnaud Guérin, Olivier Muhlhoff, Ambre, Cecile, Dominique, JeanClaude, Laurent, Denis, Dominique, Gil, Lydie, (j’en oublie sûrement, pardon) merci pour les moments de partage et pour toutes vos superbes photos qui nous ouvrent au monde …
    MAIS : n’oublions pas de mettre à l’honneur ceux qui font vivre et vibrer les lieux de leur curiosité, de leur attention et de leurs émotions. C’est grâce à tout ce qui s’y dit, ce qui s’y vit que nous repartons le cœur en fête, gonflés d’énergie grâce à tous ces témoignages d’intérêt et de sympathie.
    Pour exemple : une jeune homme, féru de dessin , (déjà venu l’an dernier pour une photo des aigliers) , qui a pris la peine de dessiner un des tirages avant de… me l’offrir !
    Lucie Bressy

  3. Tout d’abord un immense bravo pour, malgré ce foutu COVID, avoir réussi d’une manière inégalée ce PHOT’AUBRAC 2020.
    Merci aussi à Colette, à la générale en cheffe Nathalie, d’une efficacité remarquable avec son équipe, et à toute l’équipe de bénévoles sans oublier l’aide de Jean Michel Destang, du maire Bernard Bastide et de tous ceux qui ont participé à cette réussite sans conteste.
    Alors, si vous le permettez, je vous écris à chaud quelques remarques qui me sont venues lors de ce festival.
    Tout d’abord, surtout en ce qui concerne la ferme des Negres, n’ayant pas pu me déplacer autre part, la qualité excellente de la lumière dans cette étable qui mettait en valeur toutes nos photos qu’elles fussent en couleur ou en noir et blanc.
    Comme je t’en ai touché un mot Jean Pierre, je pense que Phot’Aubrac navigue maintenant dans le domaine des très grandes expositions.
    Il est donc nécessaire de passer au stade au dessus.
    Je pense donc, que vous avez besoin de regards neufs dans le choix des photos pour les futurs festivals.
    J’ai pris beaucoup de plaisirs à vous aider dans ces choix, mais j’estime que je n’y ai plus ma place, pour porter ce regard innovant qui va permettre au festival de grandir encore plus.
    Vous n’avez plus le droit d’être redondant mais par contre le devoir de vous ouvrir aux nouveaux photographes.
    De même, si je vous remercie de m’avoir permis de partir pour cette dernière exposition avec un feu d’artifice, j’ai l’orgueil de penser que cette dernière a eu beaucoup de succès auprès des visiteurs, je n’y ai plus ma place, il faut laisser cette dernière aux nouveaux talents, qui vont frapper de plus en plus aux portes de Phot’aubrac.
    Il faut donc changer aussi les photographes même si souvent l’amitié est toujours présente.
    Merci donc de m’avoir permis de sortir par la grande porte. À mon âge, cela restera comme un de mes plus beaux souvenirs de photographe.
    Le catalogue fût encore une fois une merveille et gardera sa place avec les 5 autres dans ma bibliothèque.
    Votre rôle à tous les deux, ne doit plus être celui « d’hommes orchestre » mais celui maintenant de « chefs d’orchestre » ce qui est largement important.
    Vous avez su vous entourer de Nathalie qui est une alliée plus que précieuse, ainsi que de son équipe, mais tout comme Colette et vous deux, vous avez vite été submergés par l’énormité du travail à effectuer.
    Vous avez donc besoin de vous faire encore plus épauler par des personnes compétentes et de réfléchir à une pyramide de responsabilités.
    Seuls, manquaient à l’appel cette année un sourire que j’appréciais autant que sa gentillesse et son efficacité ainsi que cette présence féminine et douce qu’elle offrait à chaque visiteurs.
    J’ai eu tous les matins une pensée pour elle en arrivant à l’office de tourisme.
    Je pense qu’elle est et restera indissociable de Phot’aubrac.
    Je suis très heureux d’avoir vendu avec l’aide de Pierre toutes les cartes postales ainsi que de nombreux catalogues.
    Voilà, je tenais à vous exprimer mon admiration à tous les deux pour ce festival qui est maintenant un grand parmi les grands.
    Je resterai bien entendu un fidèle visiteur et si mes modestes moyens peuvent vous y aider, n’hésitez pas à me le demander.
    PHOT’AUBRAC 2020 est mort, que vive maintenant PHOT’AUBRAC 2021.
    Bravo encore et surtout merci.
    Dominique BECAM

  4. J’ai assisté au festival PHOT’aubrac pour la première fois. J’ai passé une semaine de rêve. Un grand merci aux organisateurs et à tous les bénévoles (un bonjour au tonton et à la tatie de Nathalie qui nous ont tenu compagnie lors du repas à la rosée du matin). Merci pour ces expositions magnifiques, les conférences hyper intéressantes et tout cela dans un environnement superbe. Grace au festival, j’ai découvert le plateau de l’Aubrac (Ah, Bouquincan et son environnement granitique !).
    Merci à tous les exposants (photographes, assos) pour leur disponibilité, leur simplicité et leurs échanges.
    Sur le contenu, quand on voit ces belles images de notre planète et qu’on pense à ce que notre espèce est en train d’en faire, on en ressort secoué !
    PHOT’aubrac 2020 est mort, vive(ment) PHOT’aubrac 2021.
    Jean-Michel BARBE

  5. Alors que la Terre-Mère tremble et s’étiole dans les miasmes confinés des masques, le Festival Phot’Aubrac nous a offert une profonde bouffée d’oxygène et la chaleur de son hospitalité. Des étables, burons, effluves de foin et d’humus, s’est élevé un vibrant plaidoyer pour la planète. Chacun a pu humblement s’interroger en pleine conscience et s’émerveiller devant des clichés empreints de sensibilité, échanger en toute simplicité avec artistes, partenaires et visiteurs généreux, passionnés et passionnants. Au dehors, l’Aubrac nous a ouvert les bras de ses grands espaces vêtus des couleurs de l’automne et ses extraordinaires lumières où les yeux n’en finiraient pas de se noyer. MERCI à Jean Pierre Montiel, Maurice Subervie, aux agriculteurs et bénévoles , MERCI pour cette émouvante aventure humaine et artistique . Ce fut pour moi, une première expérience active, j’espère de tout mon cœur que ce ne sera pas la dernière.
    Isabelle MOUYSSET

  6. Phot’Aubrac … j’avais dit que j’y reviendrais et bien voilà, c’est ce soir. Beaucoup de choses très élogieuses et enthousiasmantes ont déjà été dites et écrites à propos de ce festival et il le mérite tant ! L’ambiance qui y règne est difficilement descriptible. Ce festival a une âme, et elle transporte et transperce celles et ceux qui ont la chance d’y participer. J’ai été bouleversée par des rencontres, dans le public évidemment (et c’est la magie des festivals) mais aussi par celle de trois personnes HORS DU COMMUN : Jean Pierre Montiel, Maurice Subervie et Nathalie Jurot ❤️🤩, qui insufflent toute leur passion et leurs valeurs dans ce projet fou et fabuleux ! Pas étonnant qu’ils fédèrent autant de gens : bénévoles, agriculteurs, commerçants, élus, médias… Le résultat : un cocktail étonnant et détonnant de convivialité (on en a tant besoin !!) , de solidarité, de bonne humeur, d’implication, d’énergie, de terroir et d’art, de sincérité, de simplicité au sens le plus noble du terme, bref d’humanité dans ce qu’elle a de meilleur.
    Merci encore à mon ami Eric Egea de m’avoir permis de vivre ça 😘. Quel plaisir aussi de retrouver les ami(e)s 😃 !
    J’ai été particulièrement gâtée tout au long du festival. Et que mes girafes étaient à leur aise dans cette superbe salle !! Enfin « séquence émotion » samedi soir – j’ai encore des frissons rien que d’en parler (et pas que de froid ) – j’ai été émue aux larmes par la ferveur du public lors de ma conférence.
    Bref (même si ce festival est in-résumable) : 4 jours fantastiques et inoubliables. MERCI à toutes celles et ceux qui rendent ce miracle artistique et humain possible 🙏😘.
    Florence Devaux – Dabenoc

  7. J’avais écris l’année passée que ce festival photographique servi sur les hauts plateaux venteux de l’Aubrac m’avait happée. Ne pouvant qu’y retourner j’avoue que je n’ai pas été déçu du voyage. Le public devient fidèle et pour cause….La magie opère toujours autant! Plus de 50 expositions photographiques d’une qualité incroyable nous transportant aux quatre coins du monde. Plus de 28 lieux…. granges, fermes, étables, bories, champs de quatre villages (Nasbilals, St Urcize, Aubrac, Marchastel, Laguiole) sont toujours préparés minutieusement par les agriculteurs et les bénévoles du festival pour accueillir au mieux les artistes et le public ; ces lieux si insolites se sont transformés alors pour quatre jours en véritables galeries d’art. Dans ces petits villages perchés à tout vent, les grands Reporters Photographes de renommés internationales, humanistes, ou animaliers ne sont pas eux aussi déçus du voyage tant par l’originalité des lieux que l’accueil qui est réservé à leur passion. Cette année les baobabs géants de Madagascar de Pascal Maitre nous accueillaient sur la place de Nasbilals, laissant présager la part belle à la réflexion sur notre humanité et le devenir de notre Pachamama. On peut tirer un grand chapeau à Jean-Pierre Montiel, directeur artistique bénévole du festival, qui n’hésite pas à mettre son temps, son énergie bouillonnante, sa passion et son incroyable réseau professionnel au service de ces villages et sa population. Hans Silvester , Olivier Muhlhoff, Stéphane Granzotto , Arnaud Guerin , Benoit Feron , Florence Dabenoc , Michel Denis-Huot , Philippe Cabanel , ean Luc Luyssen , Denis Girard , Emmanuel Boitier / Lionel Orriols , Jacques Michel Coulandeau et tant d’autres invités prestigieux pour servir une si belle cause : l’impact des images pour toucher notre humanité face à cette Nature devenue si fragile. Les animaux y ont une place prépondérante et le lien intime qui se crée avec eux… J’ai eu un gros coup de cœur pour les méduses du photographe scientifique Edouardo Da Forno, il rend hommage à la beauté infinie de leur nature qu’il partage pour toucher les générations futures. Car c’est de cela qu’il s’agit aussi, ce festival est un beau levier pour une approche d’éducation et de sensibilisation à l’environnement par l’art. <3 <3 . un grand merci à tous pour ce voyage poétique et essentiel aujourd'hui....
    Fabienne ROTA

  8. Phot’Aubrac 2020 c’est fini. C’est le seul festival de l’année à ne pas avoir renoncé auquel j’ai eu la grande chance de participer pour la troisième fois. Au journal de FR3 ce soir, ils ont annoncé environ 20000 visiteurs sur quatre jours.
    C’était gigantesque, tant pour la fréquentation que pour l’ambiance malgré la conjoncture actuelle. Je remercie toute l’équipe organisatrice, l’incontournable Jean Pierre Montiel, les agriculteurs qui bichonnent leurs lieux de travail qu’ils mettent à la disposition des exposants, des lieux pleins d’histoires (j’exposais dans une nurserie pour les veaux ).
    Les visiteurs ont été nombreux et passionnés par le travail proposé par les photographes, une vraie reconnaissance qui nous motive à continuer encore et encore.
    Merci à tous mes potes photographes avec qui j’ai passé des super moments.
    Fabien Gréban, Gil Gautier, Laurent Fiol, Lydie Elle qui ont partagé l’étable

  9. Phot’Aubrac c’est terminé, un festival extraordinaire improbable, indescriptible où se mélange la nature, l’enthousiasme des organisateurs, l’odeur des vaches, la qualité des exposants et des lieux uniques d’exposition avec un public attentif à la nature, des conférences avec 250 personnes, le bistrot chez Bastide à Nasbinals ou l’on se rencontre simplement et sans esbroufe. Et une soirée de clôture de ouf !!
    20.000 visiteurs sur 4 jours
    Merci à Fabien Dubessis et Janis et Denis Girard et Marie Laure pour ce partage de lieu d’expo..
    Merci à jean pierre Montiels pour son dynamisme et courage .. Maurice Subervie et Nathalie et philippe Jurot pour votre énergie et hospitalité , merci à toute l’équipe ..
    Merci au public de ma conférence , avec 250 personnes passionnées par la nature sauvage
    Et les rencontres amicales Benoit Feron et Anne francoise, Florence Devaux Dabenoc et Nathalie Houdin et Fantôme , michel et Christine et david Denis-huot, Eduardo Da Forno et Steph, Lucie Bressy et gégé et sa casquette, yann et Delphine de Naturagency, et jean Marc Courtier de Colorpix pour la beauté de ses tirages et son amitié, Liliane Mroz et jm Coulandeau …. Bref la bande d’amis que l’on a toujours plaisir a retrouver ..
    Une découverte Olivier Muhlhoff.. Genial en tout
    Super expo d’Arnaud Guerin et Hans Sylvester et ses épouvantails
    Merci au boulanger de Nasbinals
    Merci aux enfants des écoles qui ont une connaissance incroyable sur la nature
    Et tous les autres photographes que je n’ai pas eu le temps de voir , Valerie Blanca somewhere , Cécile Domens, jean Discours et Dominique Migliani,
    Gil Gautier
    et Lydie que j’ai raté ,,,, et les autre comme Ambre de l’alpe et Baptiste ..
    Un grand remerciement à Dominique Renault pour son aide
    Bref c’était génial
    A l’Igot et à l’année prochaine
    Philippe CABANEL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *